Côté pro

 

2014 - Déliquescence ou résilience ?

INFO TECSOL :

2013, annus horribilis pour le photovoltaïque en France. Les liquidations judiciaires et les pertes d'emplois associées se sont poursuivies à bon rythme dans la filière photovoltaïque. Les bilans des sociétés qui survivent encore font grise mine. Certes les appels d'offres trop erratiques apportent de petits ballons d'oxygène aux sociétés lauréates. Mais dans quelles conditions ? Le temps presse. Pour 2014 jusqu'en 2017, le ministre Philippe Martin a fait œuvre de visibilité en promettant 800 MW par an alors même que le principe des tarifs d'achat semble être remis en cause, que le CIDD sur le PV résidentiel est supprimé et que l'autoconsommation attend un cadre réglementaire stable. Le gouvernement semble souffler le chaud et le froid. Que peut-on attendre de 2014 après une année 2013 difficile ?

 

2013 - L'industrie photovoltaïque en France est au point mort

INFO LE FIGARO - Les chiffres de l'Observatoire de l'énergie solaire montrent une complète atonie du secteur.

«Le premier trimestre 2013 a confirmé la tendance lourde d'une activité photovoltaïque au ralenti et au plus bas.» Publiée mercredi, la sixième édition de l'Observatoire de l'énergie solaire, réalisée par le think tank France Territoire Solaire en partenariat avec le cabinet Kurt Salmon, dresse un constat très noir de la situation: depuis le début de l'année, moins de 100 mégawatts (MW) ont été raccordés au réseau, soit sept fois moins qu'il y a un an. Pour atteindre les objectifs de 20.000 MW de puissance installée d'ici à 2020, la filière doit installer pas moins de 2500 MW par an en France!

Autre signe de l'effondrement du marché du photovoltaïque: aucun des appels d'offres lancés par les pouvoirs publics, concernant les grandes centrales au sol, n'a encore donné le moindre résultat. Enfin, compte tenu des conditions économiques de moins en moins avantageuses (la baisse des tarifs de rachat de l'électricité solaire), près de 50 % des projets d'installations inférieures à 100 kilowatts crêtes (kWc) - entrepôts, hangars agricoles, moyennes toitures - ont été abandonnés. «C'est bien simple, toute une filière est à l'arrêt», commente Daniel Bour, le président de l'Observatoire.


2011 - L'arbre qui cache la forêt

 

Il est vrai que 2011 restera une des années ayant été propice au développement de l'activité du PV et par voie de conséquence pour celui de nos entreprises.

Tout chef d'entreprise devrait alors s'en réjouir ! Pas sûr que cela soit une bonne idée car il est utile de se rappeler qu'"un arbre peut cacher une forêt".

En réalité, nous, chefs d'entreprise, aurons continué à être les spectateurs de la plus grande cacaphonie en terme de prise de décisions pour l'avenir de notre filière.

Tout a continué pour ne nous donner aucune visibilité, même pire, pour donner en fin d'année un coup d'arrêt brutal à la filière.

Prenons par exemple les projets liés aux contraintes des appels d'offres. Quelle PME peut se réjouir d'un calendrier ... aussi long. Aucune, et voilà donc à nouveau le spectre de la suprématie des grands groupes, pour qui la situation à la vue de la complexité du montage des appels d'offres, est certainement plus acceptable.

Ce secteur de l'énergie si stratégique montre encore une fois que les intérêts politiques prévalent sur les intérêts économiques de nos PME.

Rien, et personne, n'est en mesure d'aller à l'encontre de ces décisions.

Laissons s'installer les poids lourds du marché de l'énergie dans le domaine du PV et alors le discours de nos politiques sortira du brouillard ... qui vivra verra !

 

2010 - De surprises en surprises

Vous pensiez avoir tout vu, ... la vie c'est bien connu est pleine de surprises, bonnes ou mauvaises, à vous de juger.

Les intérêts économiques dépendent des intérêts politiques, nous sommes en train de vérifier ce vieil adage.

A vrai dire, venant de nos hommes politiques, rien n'est plus étonnant !

Soyons indulgents... ? Soit ils ne sont pas assez nombreux pour avoir su anticiper l'effet "bulle" de notre belle profession,soit ils sont trop nombreux et ne savent plus où donner de la tête entre intérêts personnels et lobbying à outrance.

Le seul souci, c'est qu'en tant que chef d'entreprise, nous devons avoir une vision à long terme, c'est peut-être ce que l'on apprend encore dans les meilleures écoles de management. Dans l'état actuel de tergiversations des uns et des autres, vous voyez de quoi il s'agit, il est impossible, même au meilleur chef d'entreprise de piloter convenablement sa société.

Merci à tous nos décideurs et nous attendons avec impatience leurs critiques ultérieures quant à la mauvaise gestion de nos sociétés.

 

2009 - Premiers retours d'expérience

Le marché français a connu une forte progression pendant l'année passée. Ce développement accéléré suscite l'intérêt de nombreuses professions. Dans ce contexte la porte est grande ouverte à l'improvisation. La prolifération d'offres de produits et services de qualité médiocre est incompatible avec la rigueur nécessaire au bon développement du secteur de l'énergie solaire photovoltaïque dans notre pays.
Restons professionnel, et ne cédons pas à l'appât du profit facile. Construisons des réseaux qui avec les organisations professionnels, les institutions telles que les assurances et banques seront à même de donner les bases solides à notre profession.
Conscient de ces enjeux, nous travaillons en étroite collaboration avec des bureaux d'études, des bureaux de contrôle, des fabricants et des cabinets d'assurance pour garantir à nos clients la pérennité et la fiabilité de nos produits.

2008 - Penser à demain

L'engouement pour les énergies renouvelables est aujourd'hui incontestable. Il est le résultat d'une part de l'augmentation des coûts des énergies conventionnelles, d'autre part d'une obligation de changement de nos comportements face aux problèmes environnementaux. Le photovoltaïque est un des domaines ayant le plus progressé. A croire que la somme des mesures mises en place par notre gouvernement portent ses fruits, même si le schéma d'aide proposé reste d'une complexité dont nous seul français avons le secret. Mais chacun le sait un marché ne peut être tenu artificiellement indéfiniment par des aides ou subventions quelconques. En tant que professionnels, nous avons le devoir d'apporter des solutions durables pour la recherche du meilleur rapport qualité prix. En tant que chef d'entreprise, nous devons anticiper sur les évolutions à venir.
Notre volonté va bien dans ce sens, en vous proposant des solutions qui sont adaptées au marché d'aujourd'hui et à celui de demain.

 

2007 - Euphorie générale

Comme tout marché en expansion il suscite beaucoup d'intérêt. La filière va souffrir de cet emballement faute de ne pouvoir se structurer convenablement.
Ne voit-on pas ci et là des offres toujours plus alléchantes, proposées par tel ou tel qui en quelques jours s'improvise spécialiste du scooter à celui du module solaire photovoltaïque.
La présence des nouveaux moyens de communication est un outil incontestablement utile, internet en premier lieu, sauf si l'on rêve à croire que la relation virtuelle est toujours suffisante!
Dans un modèle économique comme le nôtre, il est très difficile de lutter contre cela.
Chaque professionnel que nous sommes doit prendre suffisamment de recul avant de faire des choix, et notamment en matière d'achats. N'oublions pas, qu'une installation solaire photovoltaïque n'est pas un produit jetable, chacun d'entre nous s'engage en apportant des garanties de plusieurs années.
Nous sécurisons grâce à notre expérience et nos compétences l'ensemble des offres et services que nous vous proposons.

2006 - Les systèmes intégrés à la construction

A la vue des incitations financières mises en place dans notre pays, le coeur du marché est à ce jour concentré sur les installations dites intégrées à la construction. Nous vous rappelons en effet qu'elles bénéficient d'un prix de rachat de l'électricité bien plus avantageux.

Parmi ce type d'intégration, il y a en particulier celles ayant une application en couverture.
Cette particularité, au delà des règles propres à la filière du photovoltaïque, implique une prise en compte des spécifications techniques des métiers du bâtiment, tant pour la conception de ces produits que pour leur mise en 'uvre.
Nous sommes donc à la croisée de deux compétences :

  • dans le domaine de l'énergie solaire photovoltaïque.
  • dans le domaine de la construction.

Ces compétences étant bien différentes de l'une à l'autre, nous ne pouvons que vous conseiller d'en appréhender les contenus. Il y a deux métiers en un, et trop d'installations sont mises en oeuvre aujourd'hui sans parfaite connaissance de l'un ou de l'autre des métiers.
Notre équipe a intégré cette composante dès le début.
Nous disposons des compétences pour valider les produits devant répondre aux deux exigences.